Sécurité / Insécurité

Réflexions Paniques

Laboratoire de théâtre chorégraphique
La Villette, le lundi 21 novembre 2016

Au moment d’entamer le laboratoire nous remarquons que l’une des participantes est absente. Elle avait offert de garder l’entrée du bâtiment pour les possibles retardataires. Au Parc de la Villette tout est hautement sécurisé – avec badges, alarmes, patrouilles, etc. Nous vérifions mais nous ne la trouvons pas. Le travail commence ; soucieux. Arrêt au bout de cinq minutes : trop soucieux. Vérifications, coups de fil, sms, fouilles à l’extérieur. Finalement un sms répond, s’excusant : crise émotionnelle. Soulagés mais atteints nous reprenons le travail, ponctué par des silences particulièrement denses. Atmosphère chargée. Lire la suite

Hillman Sibyllin / Castellucci Anima

Suite des réflexions pour le Séminaire du 10 janvier 2016 sur l’Orestie de Romeo Castellucci.  En réponse à une note d’Anna Griève.

Sirènes & Sibylles

Festival Mythe et Théâtre 2007

C’est le mot « sibyllin » qui suscite ces réflexions, et qui semble avoir une connotation négative en français: obscur, énigmatique, et souvent, qui essaie de séduire en faisant l’intéressant. Pour ma part j’éprouve une curiosité fascinée pour les Sibylles – et particulièrement pour la Sibylle de Cumes. Nous avons dédié un Festival aux Sirènes et Sibylles en 2007, dans la série Mythes de la Voix. Être sibyllin est donc un compliment ! J’en suis, et Romeo Castellucci aussi. Et James Hillman. La Sibylle de Cumes était d’ailleurs l’une des principales voix et porte-paroles de l’anima païenne. Bienvenue donc dans le cercle sibyllin : j’attends avec impatience votre exposé sur le lien entre l’esprit de la tragédie grecque et les Upanishads ! Mais d’abord retour à Romeo Castellucci :

Lire la suite

L’Orestie – Romeo Castellucci Critères Critiques et d’Inspiration.

small-orestieL’Orestie par Romeo Castellucci est la reprise de l’une de ses rares créations que je n’avais pas réussi à voir. Je suis donc non seulement très content d’avoir pu la voir, mais aussi époustouflé par le tour de force. Dans les années 1990 je travaillais à Milan où plusieurs comédiens m’en avaient parlé. J’ai le souvenir qu’ils l’avaient décrit comme un spectacle « attachant », ce qui m’avait laissé perplexe. A l’époque Romeo[1] avait de grosses difficultés avec les autorités culturelles italiennes qui voulaient lui couper les subventions. Les autorités ne lui pardonnaient pas ce qu’elles considéraient comme une œuvre à scandale. C’était d’ailleurs probablement déjà l’époque de Berlusconi (parlons scandales !)

[1] Je me rends compte que j’adresse l’artiste à trois niveaux: Romeo, Castellucci et Romeo Castellucci. Je dois avouer que cela fait partie intégrante de l’esprit de mes commentaires. Donc pardonnez-moi cette gaucherie, que j’assume.

Cet article sera la base d’un Séminaire d’Etudes Culturelles le dimanche 10 janvier prochain à 11h. INFORMATION.
Vous pouvez aussi télécharger une version PDF.

Lire la suite

Ödipus | Castellucci | Anima

Ödipus blog rubÖdipus der Tyrann,
by Romeo Castellucci

(Paris Autumn Festival, November 2015). Great piece – but then Romeo can do no wrong – for some of us! Nevertheless, what actually remains mostly in my emotional memory are the opening 20 minutes, which is Romeo Castellucci at his cinematic(?) best: images, music, emotional cadences and transitions in perfect scenographic flow. It is the preamble to the play, telling us without words of the desperate plight of Thebes, invaded by the plague: the dreadful, seemingly unjustified divine wrath that finally obliges the reasonable and politically-correct king (the Athenian meaning of tyrant), Oedipus, to acquiesce and call in (drag in) an unwilling, ill-reputed, transsexual blind seer, Tiresias, whose oracular visions tell him clearly that the foundations of Oedipus’ reasonableness are totally corrupt. Lire la suite