An Othello Alarum

An Othello Thing / Sean Lewis
Review by Helen Shaw
Commented by Enrique Pardo

small-othello-thing

This post is an insert into the « Algorithms and Shamanism » series – a  sudden New York ‘alarm’. Thematic links will hopefully become apparent with the series.

Article intercalé dans la série « Algorithmes et Chamanisme »: une soudaine alarme arrivée de New York…  Les liens avec les thèmes de la série devraient apparaître au fil des posts. 

This is a review of a review, and it starts with a high note: I have said often that I think Sean Lewis’ performances are the most interesting I have seen in New York. In fact, he shares a top podium in my private Pantheon with Romeo Castellucci[1], but at the other end of the spectrum: fringe, fractious, distrusted, sometimes even hated. Helen Shaw’s writing on “An Othello Thing” is outstanding on many counts: its poise, its regard (looking over twice), its thinking and cautious consideration of the fascination, seduction – or anger – Sean Lewis can arouse. I must check-out her other reviews: Brava – a great ‘dive’ into that particular alarum! Lire la suite

Algorithmes & Chamanisme

small-algos&cham

Nous savons tous – c’est à la une en ce moment – que Google est devenu numéro un mondial grâce à un mélange de puissance computationnelle et d’ingéniosité algorithmique – et, bien sûr, de dirigeants sagaces. Je me faisais l’idée que l’étymologie d’algorithme, et donc de son génie tutélaire, nous venait – mythologie oblige – de Rhéa, déesse du rythme et épouse de Kronos – dieu du temps, rien de moins[1]! Algorithme nous vient en fait du nom d’un grand mathématicien persan, Al Khwarizmi (vers l’an 820)[2]. Rizmi et rythme : belle coïncidence cependant, qui, de fil en aiguille (ou en sautant du coq à l’âne) nous mène vers le deuxième terme de ma proposition : chamanisme.

Pour le séminaire et le laboratoire du 14 février voir ETUDES CULTURELLES

Lire la suite

Hillman Sibyllin / Castellucci Anima

Suite des réflexions pour le Séminaire du 10 janvier 2016 sur l’Orestie de Romeo Castellucci.  En réponse à une note d’Anna Griève.

Sirènes & Sibylles

Festival Mythe et Théâtre 2007

C’est le mot « sibyllin » qui suscite ces réflexions, et qui semble avoir une connotation négative en français: obscur, énigmatique, et souvent, qui essaie de séduire en faisant l’intéressant. Pour ma part j’éprouve une curiosité fascinée pour les Sibylles – et particulièrement pour la Sibylle de Cumes. Nous avons dédié un Festival aux Sirènes et Sibylles en 2007, dans la série Mythes de la Voix. Être sibyllin est donc un compliment ! J’en suis, et Romeo Castellucci aussi. Et James Hillman. La Sibylle de Cumes était d’ailleurs l’une des principales voix et porte-paroles de l’anima païenne. Bienvenue donc dans le cercle sibyllin : j’attends avec impatience votre exposé sur le lien entre l’esprit de la tragédie grecque et les Upanishads ! Mais d’abord retour à Romeo Castellucci :

Lire la suite

L’Orestie – Romeo Castellucci Critères Critiques et d’Inspiration.

small-orestieL’Orestie par Romeo Castellucci est la reprise de l’une de ses rares créations que je n’avais pas réussi à voir. Je suis donc non seulement très content d’avoir pu la voir, mais aussi époustouflé par le tour de force. Dans les années 1990 je travaillais à Milan où plusieurs comédiens m’en avaient parlé. J’ai le souvenir qu’ils l’avaient décrit comme un spectacle « attachant », ce qui m’avait laissé perplexe. A l’époque Romeo[1] avait de grosses difficultés avec les autorités culturelles italiennes qui voulaient lui couper les subventions. Les autorités ne lui pardonnaient pas ce qu’elles considéraient comme une œuvre à scandale. C’était d’ailleurs probablement déjà l’époque de Berlusconi (parlons scandales !)

[1] Je me rends compte que j’adresse l’artiste à trois niveaux: Romeo, Castellucci et Romeo Castellucci. Je dois avouer que cela fait partie intégrante de l’esprit de mes commentaires. Donc pardonnez-moi cette gaucherie, que j’assume.

Cet article sera la base d’un Séminaire d’Etudes Culturelles le dimanche 10 janvier prochain à 11h. INFORMATION.
Vous pouvez aussi télécharger une version PDF.

Lire la suite

Rafael Lopez-Pedraza 4 – Borderline Freaks

Festina sails

Festina Lente / Medici, Florence

Le regain d’intérêt pour Rafael Lopez-Pedraza (1920 – 2011), figure emblématique d’une psychothérapie « archétypale » – dite « post-junguienne » – est venu d’une rencontre récente, la première de ce genre pour moi, avec une psychiatre vénézuélienne qui avait été en analyse avec lui à Caracas. Je n’avais rencontré Rafael que dans des contextes de dialogues culturels, de laboratoires théâtraux ou d’amitié informelle.

Je suis retourné relire ses livres, dont : Hermès et ses Enfants. J’ai aussi découvert sur internet l’excellente entrevue avec Axel Capriles (2004). Document essentiel, car Rafael y clarifie certains événements et idées qui ont balisé sa carrière «archétypale» : des informations détaillées qui, pour ceux qui connaissent son travail et sa pensée, sont d’une grande valeur.

Lire la suite

Ödipus | Castellucci | Anima

Ödipus blog rubÖdipus der Tyrann,
by Romeo Castellucci

(Paris Autumn Festival, November 2015). Great piece – but then Romeo can do no wrong – for some of us! Nevertheless, what actually remains mostly in my emotional memory are the opening 20 minutes, which is Romeo Castellucci at his cinematic(?) best: images, music, emotional cadences and transitions in perfect scenographic flow. It is the preamble to the play, telling us without words of the desperate plight of Thebes, invaded by the plague: the dreadful, seemingly unjustified divine wrath that finally obliges the reasonable and politically-correct king (the Athenian meaning of tyrant), Oedipus, to acquiesce and call in (drag in) an unwilling, ill-reputed, transsexual blind seer, Tiresias, whose oracular visions tell him clearly that the foundations of Oedipus’ reasonableness are totally corrupt. Lire la suite

Rafael Lopez-Pedraza 3 : Hermès et le Picatrix

hermes_trismegisteLa psychologie archétypale a émergé, selon Rafael Lopez-Pedraza, lors de réunions à Zurich[1] à la fin des années 1960 pour des lectures du Picatrix.

Le Picatrix est ce qu’on appelle un grimoire, c’est à dire un livre d’instructions magiques, surtout pour la fabrication de talismans et d’amulettes, généralement en référence à l’astrologie. Il est apparu en Europe lors de la Renaissance italienne, en provenance des cultures arabes très sophistiquées du Haut Moyen Âge – cultures qui nous ont aussi transmis le Corpus Hermeticum (Cf. image – j’en parle plus bas). Le Picatrix est un livre dont l’esprit, et parfois la lettre, ont inspiré pratiquement toutes les traditions magiques syncrétistes du monde – par exemple : le vodou haïtien ou les rasta jamaïcains. Lire la suite

Harold Bloom: a new ‘religion’…

From a letter to Haim Isaacs, singer, performer & writer.

Harold Bloom – I presume you know him, maybe well: one of the best if most polemic American literary critics. Here is a  summary of one of his books (in an Academia.edu bibliography of Religious Studies):

Harold Bloom, The American Religion: The Emergence of the Post-Christian Nation. New York: Simon & Schuster, 1992.

Bloom makes a convincing case that by the middle of the twentieth century there emerges an over-arching religious orientation (as opposed to doctrine) that cuts across a variety of mutually exclusive theological traditions. That orientation is Gnosticism characterized by methods of obtaining knowledge of our inner selves, establishing and maintaining a personal relationship with the divine (often at the expense of social solidarity), and fostering an obsession with our unique individual identities.

This description is actually close to my take on what you quoted Penny Kreizer as saying when she left Malérargues, shortly after Roy Hart’s death (May 1975): that she felt a Christian wave descended upon the Roy Hart Theatre. My view, many years later… Lire la suite

Rafael Lopez-Pedraza – 2 : Archétypes

L’émergence de la psychologie des archétypes

rub-RLP

1969, Londres : l’Institut Warburg / La Bibliothèque Welcome

Deux extraits commentés d’un excellent interview de Rafael Lopez-Pedraza par l’analyste vénézuélien Axel Capriles – publié en espagnol chez Editorial Fata Morgana (Méxique) – (mes traductions):

Extrait 1 : Warburg / Welcome

ACM: Comment ont émergé les études sur la psychologie des archétypes dans la psychologie jungienne?

RLP: En 1969, une grande lassitude se faisait sentir à l’Institut (C.G. Jung de Zurich), il y avait un grand malaise et de grandes lacunes. Cette année-là, Hillman et moi sommes allés à Londres et nous vivions près de l’Institut Warburg et de la Bibliothèque Welcome. Je lisais déjà, pendant ces années, les œuvres des savants et chercheurs de l’Institut Warburg. La Bibliothèque Welcome est une bibliothèque de l’histoire de la médecine. Elle a été fondée par le consortium pharmaceutique anglais Welcome. Des spécialistes de l’histoire de la médecine du monde entier y vont étudier. Nous y avons passé du temps à étudier et à parler avec les investigateurs. Nous ne savons pas comment toutes ces choses de l’Institut Warburg, de la Bibliothèque Welcome, ont commencé à entrer dans notre psyché. Lire la suite

Rafael Lopez-Pedraza – 1 : Polythéisme

Séminaire du dimanche 22 novembre 2015
Psychothérapie et enseignement Roy Hart.

La figure de Rafael Lopez-Pedraza.

rub-RLPNotes préalables.

Je me tourne d’abord vers Rafael Lopez-Pedraza, une figure capitale dans mon parcours, et qui se définissait comme psychothérapeute (avait-il des réserves à se décrire comme « analyste »?) – et que j’ai rencontré quelques années après la mort de Roy Hart, pendant ce que j’ai décrit comme « the “dark ages” of the Malérargues community»…[1] Ce fut en grande partie grâce à cette rencontre, puis à celle avec James Hillman, peu après, que j’ai commencé à définir l’horizon artistique et philosophique de Panthéâtre, dont ils ont écrit les deux livres fondateurs[2]. Lire la suite