Catastrophe Miraculeuse

Strophe, Antistrophe, Catastrophe

LACURA,  Bibiana Monje, Madrid, 02/11/2016
Traduction française. Original en anglais (première partie), en espagnol (deuxième parite) – en cours de traduction au français.

PDF   Español   |    English

Dans la tragcarte-lacuraédie grecque antique, le chœur chantait d’abord une strophe, habituellement une conjecture optimiste qui était ensuite inversée – littéralement: «re-tournée» – dans une clé mélancolique et souvent déprimée: l’antistrophe. La conclusion venait enfin avec l’épode: une résolution philosophique. Mais, inhérente à l’épode, à la tragédie même, il y a une autre réalité, une autre fin: la catastrophe – le désastre, un tournant fatal (mortel), la chute, «le renversement de ce qui est attendu».

Dans la théorie des catastrophes proposée par René Thom, j’ai une hypothèse favorite: le fait putatif que si l’eau est chauffée dans un vase parfait, elle ne bouillera pas. Sa température va continuer à monter au-delà de 100 degrés Celsius. La première bulle de vapeur n’apparaîtra tout simplement pas. Pour que la mutation catastrophique de l’eau en vapeur se produise, il doit y avoir une imperfection dans le récipient. C’est là que la première bulle va apparaître et déclencher la catastrophe: l’eau va se métamorphoser en un nouvel état: vapeur. Un nouveau paradigme se met en place.

Une catastrophe eut lieu au Teatro Luchana de Madrid, le 2 novembre 2016, pour la création de LACURA, de Bibiana Monge – à laquelle j’ai contribué en tant que directeur, ou plutôt codirecteur, puisque Bibiana avait conçu et écrit la pièce, et l’a produite avec des collaborateurs multimédia et éclairagistes. Elle a fait appel à moi pour la mettre en scène, littéralement, lorsqu’elle se sentait prête, elle m’a demandé de l’aider à monter sur scène – ceci, avant que les effets multimédias n’aient été mis en place. C’est ce que nous avons fait en six jours d’excellente folie à deux, affinant les états d’âme et les timings, les styles de jeu et les adresses au public. Quelques mois plus tard j’ai pris l’avion pour aller voir la première à Madrid. Lire la suite

Mario Delgado Vasquez

Mario DelgadoFondateur et directeur du groupe Cuatrotablas, Pérou.

Versión pdf en español
English translation (soon)

La triste nouvelle arrive le jour même où j’allais reprendre les publications sur ce blog : le décès de Mario Delgado Vasquez. Ce sera donc, en fait, un portique d’adieu pour commencer, fleuri et mélancolique, pour ce magnifique personnage, homme de théâtre, compagnon de route à la fois intime et fantôme (géographiquement lointain : cinq ou six rencontres seulement en quarante ans !) à qui je rends hommage dans l’esprit savoureux (sabroso) et passionné qui était le sien : Lire la suite

Dionisio en Chile Perfeccionamiento Vocal

English   |     Français

por Enrique Pardo

“Perfeccionamiento Vocal”
Escuela de Teatro / Universidad de Chile
Propuesta de Pantheatre Chile

Un análisis mito-pedagógico del VIDEO de presentación del
Programa de “Perfeccionamiento Vocal”

se recomienda ver el video primero / o durante la lectura

Sirenas VER EL VIDEO 

0:00   Primera escena: dos sirenas muy guapas (estas no son sirenas-peces: ¡estas tienen alas!) le dan mil vueltas a una mujer, algo deslumbrada. Se ríen, caracolean y la marean con vitalidad y alegría. ¡Vaya lujo!: dos profesoras para una alumna, ¡y como se divierten! – (“sin los maridos”, sugiriere la maestra…) Lire la suite

Voix / Emotions – Une inversion (en)chantée

figaroSérie Algorithmes et Chamanisme

Philosophie de la voix de Roy Hart
Comment la voix façonne nos émotions
Le Figaro du 21/01/2016.

Au hasard du RER, en route pour CDG2, un businessman abandonne son Figaro en descendant à CDG1. Je le prends pour le feuilleter dans l’avion, et je tombe sur l’article directement responsable pour le titre de cette série Algorithmes et Chamanisme : « Comment la voix façonne nos émotions – Des chercheurs ont réussi à modifier les sentiments ressentis par des volontaires en modifiant les intonations de leurs paroles. »[1] Le commentaire de l’image sur le site du Figaro (ci-contre) dit : « C’est la preuve que l’être humain écoute le son de sa voix pour savoir comment il se sent et que, parfois, il lui fait trop confiance – analyse Jean-Julien Aucouturier, auteur principal de l’étude. »

A beaucoup d’égards, c’est l’inversion parfaite pour mes propos sur la philosophie de la voix de Roy Hart. Lire la suite

An Othello Alarum

An Othello Thing / Sean Lewis
Review by Helen Shaw
Commented by Enrique Pardo

small-othello-thing

This post is an insert into the « Algorithms and Shamanism » series – a  sudden New York ‘alarm’. Thematic links will hopefully become apparent with the series.

Article intercalé dans la série « Algorithmes et Chamanisme »: une soudaine alarme arrivée de New York…  Les liens avec les thèmes de la série devraient apparaître au fil des posts. 

This is a review of a review, and it starts with a high note: I have said often that I think Sean Lewis’ performances are the most interesting I have seen in New York. In fact, he shares a top podium in my private Pantheon with Romeo Castellucci[1], but at the other end of the spectrum: fringe, fractious, distrusted, sometimes even hated. Helen Shaw’s writing on “An Othello Thing” is outstanding on many counts: its poise, its regard (looking over twice), its thinking and cautious consideration of the fascination, seduction – or anger – Sean Lewis can arouse. I must check-out her other reviews: Brava – a great ‘dive’ into that particular alarum! Lire la suite

Algorithmes & Chamanisme

small-algos&cham

Nous savons tous – c’est à la une en ce moment – que Google est devenu numéro un mondial grâce à un mélange de puissance computationnelle et d’ingéniosité algorithmique – et, bien sûr, de dirigeants sagaces. Je me faisais l’idée que l’étymologie d’algorithme, et donc de son génie tutélaire, nous venait – mythologie oblige – de Rhéa, déesse du rythme et épouse de Kronos – dieu du temps, rien de moins[1]! Algorithme nous vient en fait du nom d’un grand mathématicien persan, Al Khwarizmi (vers l’an 820)[2]. Rizmi et rythme : belle coïncidence cependant, qui, de fil en aiguille (ou en sautant du coq à l’âne) nous mène vers le deuxième terme de ma proposition : chamanisme.

Pour le séminaire et le laboratoire du 14 février voir ETUDES CULTURELLES

Lire la suite

Hillman Sibyllin / Castellucci Anima

Suite des réflexions pour le Séminaire du 10 janvier 2016 sur l’Orestie de Romeo Castellucci.  En réponse à une note d’Anna Griève.

Sirènes & Sibylles

Festival Mythe et Théâtre 2007

C’est le mot « sibyllin » qui suscite ces réflexions, et qui semble avoir une connotation négative en français: obscur, énigmatique, et souvent, qui essaie de séduire en faisant l’intéressant. Pour ma part j’éprouve une curiosité fascinée pour les Sibylles – et particulièrement pour la Sibylle de Cumes. Nous avons dédié un Festival aux Sirènes et Sibylles en 2007, dans la série Mythes de la Voix. Être sibyllin est donc un compliment ! J’en suis, et Romeo Castellucci aussi. Et James Hillman. La Sibylle de Cumes était d’ailleurs l’une des principales voix et porte-paroles de l’anima païenne. Bienvenue donc dans le cercle sibyllin : j’attends avec impatience votre exposé sur le lien entre l’esprit de la tragédie grecque et les Upanishads ! Mais d’abord retour à Romeo Castellucci :

Lire la suite

L’Orestie – Romeo Castellucci Critères Critiques et d’Inspiration.

small-orestieL’Orestie par Romeo Castellucci est la reprise de l’une de ses rares créations que je n’avais pas réussi à voir. Je suis donc non seulement très content d’avoir pu la voir, mais aussi époustouflé par le tour de force. Dans les années 1990 je travaillais à Milan où plusieurs comédiens m’en avaient parlé. J’ai le souvenir qu’ils l’avaient décrit comme un spectacle « attachant », ce qui m’avait laissé perplexe. A l’époque Romeo[1] avait de grosses difficultés avec les autorités culturelles italiennes qui voulaient lui couper les subventions. Les autorités ne lui pardonnaient pas ce qu’elles considéraient comme une œuvre à scandale. C’était d’ailleurs probablement déjà l’époque de Berlusconi (parlons scandales !)

[1] Je me rends compte que j’adresse l’artiste à trois niveaux: Romeo, Castellucci et Romeo Castellucci. Je dois avouer que cela fait partie intégrante de l’esprit de mes commentaires. Donc pardonnez-moi cette gaucherie, que j’assume.

Cet article sera la base d’un Séminaire d’Etudes Culturelles le dimanche 10 janvier prochain à 11h. INFORMATION.
Vous pouvez aussi télécharger une version PDF.

Lire la suite

Rafael Lopez-Pedraza 4 – Borderline Freaks

Festina sails

Festina Lente / Medici, Florence

Le regain d’intérêt pour Rafael Lopez-Pedraza (1920 – 2011), figure emblématique d’une psychothérapie « archétypale » – dite « post-junguienne » – est venu d’une rencontre récente, la première de ce genre pour moi, avec une psychiatre vénézuélienne qui avait été en analyse avec lui à Caracas. Je n’avais rencontré Rafael que dans des contextes de dialogues culturels, de laboratoires théâtraux ou d’amitié informelle.

Je suis retourné relire ses livres, dont : Hermès et ses Enfants. J’ai aussi découvert sur internet l’excellente entrevue avec Axel Capriles (2004). Document essentiel, car Rafael y clarifie certains événements et idées qui ont balisé sa carrière «archétypale» : des informations détaillées qui, pour ceux qui connaissent son travail et sa pensée, sont d’une grande valeur.

Lire la suite

Ödipus | Castellucci | Anima

Ödipus blog rubÖdipus der Tyrann,
by Romeo Castellucci

(Paris Autumn Festival, November 2015). Great piece – but then Romeo can do no wrong – for some of us! Nevertheless, what actually remains mostly in my emotional memory are the opening 20 minutes, which is Romeo Castellucci at his cinematic(?) best: images, music, emotional cadences and transitions in perfect scenographic flow. It is the preamble to the play, telling us without words of the desperate plight of Thebes, invaded by the plague: the dreadful, seemingly unjustified divine wrath that finally obliges the reasonable and politically-correct king (the Athenian meaning of tyrant), Oedipus, to acquiesce and call in (drag in) an unwilling, ill-reputed, transsexual blind seer, Tiresias, whose oracular visions tell him clearly that the foundations of Oedipus’ reasonableness are totally corrupt. Lire la suite